hits counter Le poids de la neige - Ebook PDF Online
Hot Best Seller

Le poids de la neige

Availability: Ready to download

Dans une véranda cousue de courants d’air, en retrait d’un village sans électricité, s’organise la vie de Matthias et d’un homme accidenté qui lui a été confié juste avant l’hiver. Telle a été l’entente : le vieil homme assurera la rémission du plus jeune en échange de bois de chauffage, de vivres et, surtout, d’une place dans le convoi qui partira pour la ville au printem Dans une véranda cousue de courants d’air, en retrait d’un village sans électricité, s’organise la vie de Matthias et d’un homme accidenté qui lui a été confié juste avant l’hiver. Telle a été l’entente : le vieil homme assurera la rémission du plus jeune en échange de bois de chauffage, de vivres et, surtout, d’une place dans le convoi qui partira pour la ville au printemps. Les centimètres de neige s’accumulent et chaque journée apporte son lot de défis. Près du poêle à bois, les deux individus tissent laborieusement leur complicité au gré des conversations et des visites de Joseph, Jonas, Jean, Jude, José et de la belle Maria. Les rumeurs du village pénètrent dans les méandres du décor, l’hiver pèse, la tension est palpable. Tiendront-ils le coup ?


Compare

Dans une véranda cousue de courants d’air, en retrait d’un village sans électricité, s’organise la vie de Matthias et d’un homme accidenté qui lui a été confié juste avant l’hiver. Telle a été l’entente : le vieil homme assurera la rémission du plus jeune en échange de bois de chauffage, de vivres et, surtout, d’une place dans le convoi qui partira pour la ville au printem Dans une véranda cousue de courants d’air, en retrait d’un village sans électricité, s’organise la vie de Matthias et d’un homme accidenté qui lui a été confié juste avant l’hiver. Telle a été l’entente : le vieil homme assurera la rémission du plus jeune en échange de bois de chauffage, de vivres et, surtout, d’une place dans le convoi qui partira pour la ville au printemps. Les centimètres de neige s’accumulent et chaque journée apporte son lot de défis. Près du poêle à bois, les deux individus tissent laborieusement leur complicité au gré des conversations et des visites de Joseph, Jonas, Jean, Jude, José et de la belle Maria. Les rumeurs du village pénètrent dans les méandres du décor, l’hiver pèse, la tension est palpable. Tiendront-ils le coup ?

30 review for Le poids de la neige

  1. 5 out of 5

    Repix

    Le cuesta arrancar y es lenta, pero es amable, solitaria, fría y triste. Me ha encantado.

  2. 4 out of 5

    Delphine

    C'est le livre que je recommanderai à tout le monde pour les prochains mois. Un texte magnifique, jamais trop chargé et un récit captivant, raconté avec un rythme qui évoque l'hiver à lui seul. Les personnages principaux sont réalistes, profonds et viennent avec leurs défauts, évitant d'en faire les caricatures de leur rôle. Les personnages secondaires, par contre, m'ont semblé pour certains un peu fades et je ne m'explique pas le choix de tous leur donner un nom qui commence par "J" (à l'except C'est le livre que je recommanderai à tout le monde pour les prochains mois. Un texte magnifique, jamais trop chargé et un récit captivant, raconté avec un rythme qui évoque l'hiver à lui seul. Les personnages principaux sont réalistes, profonds et viennent avec leurs défauts, évitant d'en faire les caricatures de leur rôle. Les personnages secondaires, par contre, m'ont semblé pour certains un peu fades et je ne m'explique pas le choix de tous leur donner un nom qui commence par "J" (à l'exception remarquée de "Maria"). J'ai trouvé que cela rendait le récit parfois difficile à suivre, mais peut-être justement est-ce l'intention de l'auteur : l'individualité des gens du village serait secondaire, c'est leur présence ponctuelle dans le récit qui compte et non leurs traits spécifiques. Je ne sais pas trop ... J'ai vu quelques coquilles dans le livre, une seconde édition pourrait peut-être corriger ces quelques fautes, mais à part cela, c'est un roman dont j'ai apprécié tous les mots, que j'ai dévoré et qui m'a rendue moi aussi prisonnière de la neige. Assez facile de se laisser prendre, avec des descriptions aussi vivantes de l'hiver.

  3. 4 out of 5

    Andy Weston

    This takes place in a northern Quebec village during a possible apocalyptic scenario, though it is intentionally not clearly defined, with the power down, the nearest city is under military control, and the snow steadily building up as a brutal winter takes its grip. The narrator has been seriously injured in a car accident, as he returned to the village to visit his father, and is slowly recovering, bed bound, and attended to by Maria, the only medic in the village, and housed and cared for by This takes place in a northern Quebec village during a possible apocalyptic scenario, though it is intentionally not clearly defined, with the power down, the nearest city is under military control, and the snow steadily building up as a brutal winter takes its grip. The narrator has been seriously injured in a car accident, as he returned to the village to visit his father, and is slowly recovering, bed bound, and attended to by Maria, the only medic in the village, and housed and cared for by Matthias, in his seventies. The large part of the novel deals with the relationship between the two men, as the narrator recovers, his care bartered for by Matthias, for a place on a convoy to the city to be reunited with his hospitalised wife. There's a gradual reveal to the nature of the dystopia, with Guay-Poliquin dropping the occasional subtle hint, and the 'less is more' approach really grips. Its a survival story on several levels, as supplies get low, and the snow gets deeper. Sparse prose and short chapters break up what could have been a struggle to read; it is profound, compelling and refreshingly different. It won three Quebec literary prizes after it was published in French in 2016.

  4. 4 out of 5

    Billy

    Tout simplement fantastique. Soufflé par le talent de cet écrivain! Grand conteur, jeune romancier au talent remarquable, l’auteur du “Fil des kilomètres”, paru en Europe chez Phébus et au Québec a La Peuplade, nous surprend encore une fois avec ce deuxième roman noir, d’une qualité littéraire surprenante, à l’intrigue lente et sournoise comme un puissant vent froid d’hiver ! Christian Guay Poliquin fait déjà partie selon moi, des auteurs d’ici qui laisseront assurément leur marque chez de nombre Tout simplement fantastique. Soufflé par le talent de cet écrivain! Grand conteur, jeune romancier au talent remarquable, l’auteur du “Fil des kilomètres”, paru en Europe chez Phébus et au Québec a La Peuplade, nous surprend encore une fois avec ce deuxième roman noir, d’une qualité littéraire surprenante, à l’intrigue lente et sournoise comme un puissant vent froid d’hiver ! Christian Guay Poliquin fait déjà partie selon moi, des auteurs d’ici qui laisseront assurément leur marque chez de nombreux lecteurs tant au Québec qu'en Europe.

  5. 5 out of 5

    Maud Lemieux

    Quelle ambiance quel récit ! ça se dévore. des personnages très attachants, bien que cruels à leurs heures. tellement bien écrit; c'est à la fois très contemplatif et intriguant, on a envie de le lire d'une traite! Quelle ambiance quel récit ! ça se dévore. des personnages très attachants, bien que cruels à leurs heures. tellement bien écrit; c'est à la fois très contemplatif et intriguant, on a envie de le lire d'une traite!

  6. 5 out of 5

    Buchdoktor

    Die beiden Männer sitzen in ihrer Unterkunft fest, während es draußen seit Tagen schneit. Der namenlose Icherzähler wurde mit gebrochenen Beinen aus einem Autowrack gerettet, den älteren Matthias hat die Dorfgemeinschaft verpflichtet, den Verletzten zu pflegen – im Verandaanbau eines Hauses, der vermutlich nicht für die gewaltigen Schneemengen konstruiert wurde und nicht, um dauerhaft darin zu leben. Der Patient ist für den hier gestrandeten Matthias Klotz am Bein und Überlebenschance zugleich. Die beiden Männer sitzen in ihrer Unterkunft fest, während es draußen seit Tagen schneit. Der namenlose Icherzähler wurde mit gebrochenen Beinen aus einem Autowrack gerettet, den älteren Matthias hat die Dorfgemeinschaft verpflichtet, den Verletzten zu pflegen – im Verandaanbau eines Hauses, der vermutlich nicht für die gewaltigen Schneemengen konstruiert wurde und nicht, um dauerhaft darin zu leben. Der Patient ist für den hier gestrandeten Matthias Klotz am Bein und Überlebenschance zugleich. Ein Stromausfall kurz zuvor führte zu einem postapokalyptisches Szenario, in dem noch immer Dorfbewohner vor dem Überlebenskampf fliehen, die dazu in der Lage sind und in dem die Zurückbleibenden sich mit den Vorräten aus verlassenen Häusern durchschlagen. Bewaffnete Gruppen sollen unterwegs sein und auch hier, irgendwo im hohen Norden, wird der Besitz von Waffen und Munition über das Überleben entscheiden. Die Beine des Verletzten wurden geschient, seine Wunden genäht und die Tierärztin sieht regelmäßig nach ihm. Deutlich wird, dass die rund 10 verbleibenden Haushalte nur überleben werden, wenn sie sich gegenseitig unterstützen. Jemand muss auf die Jagd gehen, ein anderer Holz hacken – und der fiebernde Verletzte braucht immer noch Pflege und Medikamente. Jeder ist von den anderen abhängig und alle gemeinsam vom Wetter. Der Schnee wird bald die Dachtraufe erreichen … Lange spricht der Mann nicht mit Matthias, beobachtet den Alten nur. Ihre Notgemeinschaft ist ein einziges Belauern, Manipulieren und Taktieren. Matthias wirkt für sein Alter sehr agil, trainiert regelmäßig seine Muskeln; denn er will endlich weg aus dem Ort, in dem auch er gestrandet ist, und sich um seine Frau kümmern. Matthias putzt, repariert, bastelt ständig etwas; aber auch der Patient hat Fähigkeiten, die das Dorf zum Überleben braucht. Für den namenlosen Erzähler stellt sich die Frage, ob Matthias ihn zurücklassen wird, wer im Ort die Macht übernommen hat und was mit der Grippeepidemie im Land ist, von der er gehört hat. Christian Guay-Poliquin beschreibt zwei Gestrandete in einem beinahe dystopischen Szenario. Sein symbolstarker Text wirkte auf mich mehrdeutig und entwickelte von Beginn an in meiner Vorstellung ein Eigenleben. Durch die biblischen Namen der Figuren könnte der Text als Gleichnis angelegt sein, aber auch den nahenden Zusammenbruch der zivilen Gesellschaft in den Fokus rücken. Eine beeindruckende Wintergeschichte!

  7. 4 out of 5

    Audrey Martel

    Je donne 4 étoiles parce que j'ai trouvé le début un peu pénible. Je n'embarquais pas dans l'histoire et je craignais d'abandonner. Finalement après une trentaine de pages, la construction du roman, le récit, la narration, tout ça a pris un sens et m'a captivé. Le huis-clos est parfaitement bien rendu, les personnages sont intéressants et crédibles et l'écriture de l'auteur nous permet de vraiment ressentir ce qui se passe. Un excellent roman, qui peut se lire seul, mais qui doit prendre encore Je donne 4 étoiles parce que j'ai trouvé le début un peu pénible. Je n'embarquais pas dans l'histoire et je craignais d'abandonner. Finalement après une trentaine de pages, la construction du roman, le récit, la narration, tout ça a pris un sens et m'a captivé. Le huis-clos est parfaitement bien rendu, les personnages sont intéressants et crédibles et l'écriture de l'auteur nous permet de vraiment ressentir ce qui se passe. Un excellent roman, qui peut se lire seul, mais qui doit prendre encore plus de sens lorsqu'on a lu d'abord "le fil des kilomètres".

  8. 5 out of 5

    Marily

    Extraordinaire. J'ai adoré la façon de raconter de Christian Guay-Poliquin, le rythme, l'ambiance, la relation complexe et belle qui s'établit entre les deux personnages principaux. (Et l'histoire est accessible et prenante, ce qui en fait un cadeau parfait, tant pour les littéraires que les liseuses/liseurs occasionnels.) Extraordinaire. J'ai adoré la façon de raconter de Christian Guay-Poliquin, le rythme, l'ambiance, la relation complexe et belle qui s'établit entre les deux personnages principaux. (Et l'histoire est accessible et prenante, ce qui en fait un cadeau parfait, tant pour les littéraires que les liseuses/liseurs occasionnels.)

  9. 4 out of 5

    Maude

    apocalyptique, lent et envoûtant... « vingt mille lieues sous l’hiver » une expérience de lecture particulière puisqu'elle était entrecoupée de regards à travers la fenêtre sur la neige qui tombait et de bûches qui nourrissaient le foyer... apocalyptique, lent et envoûtant... « vingt mille lieues sous l’hiver » une expérience de lecture particulière puisqu'elle était entrecoupée de regards à travers la fenêtre sur la neige qui tombait et de bûches qui nourrissaient le foyer...

  10. 5 out of 5

    Jennifer

    C'était exactement ce dont j'avais besoin. À lire, bien emmitouflé.e dans de la douceur, entouré.e de neige! C'était exactement ce dont j'avais besoin. À lire, bien emmitouflé.e dans de la douceur, entouré.e de neige!

  11. 5 out of 5

    El Biblionauta

    L’editorial Periscopi reincideix amb una traducció d’una novel·la procedent del Quebec i de gran qualitat (ja ho havia fet amb Ànima de Wadji Mouawad, de qui també van traduir les peces teatrals incloses a La sang de les promeses). De nou han encertat amb la tria, ja que El pes de la neu és una novel·la intensa, estructurada en petits capítols que aparentment es llegeixen de manera ràpida, però que com un iceberg amaguen unes reflexions d’una gran magnitud i que mereixen paladejar-les amb calma, L’editorial Periscopi reincideix amb una traducció d’una novel·la procedent del Quebec i de gran qualitat (ja ho havia fet amb Ànima de Wadji Mouawad, de qui també van traduir les peces teatrals incloses a La sang de les promeses). De nou han encertat amb la tria, ja que El pes de la neu és una novel·la intensa, estructurada en petits capítols que aparentment es llegeixen de manera ràpida, però que com un iceberg amaguen unes reflexions d’una gran magnitud i que mereixen paladejar-les amb calma, com els flocs de neu quan cauen. Per no perdre l’escència del text, la traducció s’ha encarregat a un valor més que segur, Anna Cassassas Figueras. Podeu llegir completa la ressenya d'Enric Bassegoda a: https://elbiblionauta.com/ca/2019/12/...

  12. 4 out of 5

    Myriam St-Denis Lisée

    Un roman magnifique, étonnant, un genre de page-turner au rythme tranquille, un suspense au ralenti. Un auteur qui maîtrise l'art du huis clos et qui sait porter attention aux détails. Et quelle plume! Un roman magnifique, étonnant, un genre de page-turner au rythme tranquille, un suspense au ralenti. Un auteur qui maîtrise l'art du huis clos et qui sait porter attention aux détails. Et quelle plume!

  13. 4 out of 5

    Laurence R.

    Le rythme de cette œuvre est tout simplement épatant. J'ai adoré son calme, sa douceur et sa simple beauté. À lire absolument! Le rythme de cette œuvre est tout simplement épatant. J'ai adoré son calme, sa douceur et sa simple beauté. À lire absolument!

  14. 5 out of 5

    Oleh

    Перша книга в цьому році. Втомлююча похмурість сірих вулиць викликала велике бажання почитати щось максимально зимове. Де кочугури снігу і посиденьки за каміном. І я трішки помилився з вибором. Ця книга хоть і в зимовому сеттингу, але історія тут геть про інше: про виживання, терплячість та людяність. Серйозні теми, але автор доволі поверхнево їх пропрацьовує. Тут, навіть, коли людина ламає руку під завалами, ти сидиш із покерфейсом, слова автора не викликають жодної емпатії. Крім того, автор час Перша книга в цьому році. Втомлююча похмурість сірих вулиць викликала велике бажання почитати щось максимально зимове. Де кочугури снігу і посиденьки за каміном. І я трішки помилився з вибором. Ця книга хоть і в зимовому сеттингу, але історія тут геть про інше: про виживання, терплячість та людяність. Серйозні теми, але автор доволі поверхнево їх пропрацьовує. Тут, навіть, коли людина ламає руку під завалами, ти сидиш із покерфейсом, слова автора не викликають жодної емпатії. Крім того, автор часто-густо захоплюється метафорами. Часом ними сипле, наче з кулемета.

  15. 4 out of 5

    Ярослава Литвин

    Сюжет у цій книжці розгортається спершу дуже повільно, я б сказала, виникає відчуття такої глухої монотонності, певною мірою засніженості - коли все довкола таке біле, тихе і одноманітне, оку просто немає за що зачепитися. Але у цій монотонності з часом починає чутися свій ритм - спершу ледь помітний, а потім все виразніший та голосніший, поки не перетворюється у гул, від якого стає страшно - чи не викличе він лавину? Чи залишить він когось живим у цьому богом забутому куточку, відрізаному від ц Сюжет у цій книжці розгортається спершу дуже повільно, я б сказала, виникає відчуття такої глухої монотонності, певною мірою засніженості - коли все довкола таке біле, тихе і одноманітне, оку просто немає за що зачепитися. Але у цій монотонності з часом починає чутися свій ритм - спершу ледь помітний, а потім все виразніший та голосніший, поки не перетворюється у гул, від якого стає страшно - чи не викличе він лавину? Чи залишить він когось живим у цьому богом забутому куточку, відрізаному від цивілізації. Фінал мене страшно потішив завдяки цій абсолютній живості персонажів, їхній емоційній незграбності й дивакуватій доброті, їхньому прагненню вижити попри все, яке іноді перетинає межу людяності. Якщо ви хочете прочитати щось таке, де є багато снігу, де люди відкривають свою душу і ховають її водночас, де біле ніколи не стовідсотково не біле, а чорне - не чорне, ця книжка для вас.

  16. 4 out of 5

    Libellus

    Le Poids de la Neige par Christian Guay-Poliquin Décembre 2016 2,5/5 * Lu dans le cadre du concours du Prix Littéraire des Collégiens: http://prixlitterairedescollegiens.ca * Alors, Le Poids de la Neige fait parti des meilleurs livres québécois de l’année selon le Devoir? Pardonnez-moi, mais j’en doute énormément. Le Poids de la Neige est un roman sans but ni histoire. Je déteste les histoires de survie et les environnements de huis-clos, en débutant j’avais donc un préjudice contre ce livre qui com Le Poids de la Neige par Christian Guay-Poliquin Décembre 2016 2,5/5 * Lu dans le cadre du concours du Prix Littéraire des Collégiens: http://prixlitterairedescollegiens.ca * Alors, Le Poids de la Neige fait parti des meilleurs livres québécois de l’année selon le Devoir? Pardonnez-moi, mais j’en doute énormément. Le Poids de la Neige est un roman sans but ni histoire. Je déteste les histoires de survie et les environnements de huis-clos, en débutant j’avais donc un préjudice contre ce livre qui combine les deux. Le concept d’une personne se battant contre les éléments afin de survivre ne m’a jamais attiré, je trouve le concept trop simple et sans profondeur; une fois qu’on a lu une histoire du genre, on les a toutes lues. Le Poids de la Neige suivait cette tendance et n’avait rien de spécial, je pourrait même dire qu’il manquait beaucoup d’éléments afin de construire un récit satisfait. On ne connaissait rien des personnages, aucun passé sur lequel basé leur actions. Quelques vagues mentions à des événements, mais pas d’explications claires, on reste en surface. Nous n’en apprenons pas plus sur les personnages que ce qui est écrit sur la quatrième de couverture. De plus, l’élément dystopique n’était pas ressenti par les personnages. Ils vivent en marge de tout, donc rien d’intéressant se passe. Personne ne devient fou, il n’y a pas de «punch», les deux protagonistes restent dans leur petit monde isolé et attende le printemps faute de pouvoir faire autre chose. L’intrigue est fondamentalement ennuyante, les deux protagonistes sont contraints à rester chez eux à cause de la neige, les seuls moments d’«action» sont lorsqu’ils reçoivent de la visite de villageois qui leur amène de la nourriture ou du bois de chauffage. J’aimerais pouvoir dire que l’emprisonnement des personnages à créer une atmosphère pesante et angoissante, c’est probablement ce que les juges du concours ont perçus dans Le Poids de la Neige. Au début c’était le cas, le récit de l’accident d’auto qui paralyse le protagoniste est bien écrit et palpitant, cependant une fois avoir épuisée cette intrigue, le reste devient ennuyant et l’on cesse de ressentir l’atmosphère de survie. La psychologie des personnages ne changent pas vraiment à travers le roman: l’un veut retourner en ville, l’autre se remet d’une blessure grave. À force de lire l’histoire de personnages qui s’ennuie, on finit par s’ennuyer nous-même. J’ai même essayé de trouver un champs lexical de l’emprisonnement ou de la panique dans l’espoir de me tromper, sauf que je n’ai rien trouver de la sorte. Au moment ou j’écris cette chronique, j’ai fini le deuxième livre proposé dans le cadre du concours, Le Continent de Plastique, et je n’ai pas été impressionné. Il reste à voir pour les trois autres romans proposés, mais à date la selection de cette année manque de pertinence. Si vous avez aimé (ou pas), vous aimerez: Le Comte de Monte-Christo par Alexandre Dumas Hatchet par Gary Paulsen Mercure par Amélie Nothomb

  17. 5 out of 5

    Etienne

    Très bon roman et un auteur que je suis content d'avoir découvert. L'histoire est très lente, il est important de le préciser, mais on se laisse porter par la plume de l'auteur qui est sublime. Une histoire de survie, d'un hiver qui n'en finit plus et de la privation. Le tout est fait simplement, sans prétention, et se lit très bien. Une histoire simple, mais efficace qui mérite d'être lu. Un peu trop simple pour que j'accorde cinq étoiles cependant, mais tout de même un solide quatre étoiles et Très bon roman et un auteur que je suis content d'avoir découvert. L'histoire est très lente, il est important de le préciser, mais on se laisse porter par la plume de l'auteur qui est sublime. Une histoire de survie, d'un hiver qui n'en finit plus et de la privation. Le tout est fait simplement, sans prétention, et se lit très bien. Une histoire simple, mais efficace qui mérite d'être lu. Un peu trop simple pour que j'accorde cinq étoiles cependant, mais tout de même un solide quatre étoiles et un auteur que je relierai certainement!

  18. 5 out of 5

    René Paquin

    Roman apocalytique aux accents bibliques, LE POIDS DE LA NEIGE est captivant! Décor blanc, oppressant. Personnages complexes, proches de leurs instincts, qui font tout pour survivre à l'hiver, la tempête, les catastrophes et la solitude. Une intrigue simple, qui se résume aux combats quotidiens et aux lâchetés humaines. Terrifiant et fascinant! Parfait pour les lecteurs qui ont aimé LA ROUTE de Cormac McCarthy ou STATION ELEVEN de Emily St.John Mandel. Roman apocalytique aux accents bibliques, LE POIDS DE LA NEIGE est captivant! Décor blanc, oppressant. Personnages complexes, proches de leurs instincts, qui font tout pour survivre à l'hiver, la tempête, les catastrophes et la solitude. Une intrigue simple, qui se résume aux combats quotidiens et aux lâchetés humaines. Terrifiant et fascinant! Parfait pour les lecteurs qui ont aimé LA ROUTE de Cormac McCarthy ou STATION ELEVEN de Emily St.John Mandel.

  19. 4 out of 5

    Josiane Lambert

    Très belle découverte que cet auteur qui a tout un talent de conteur! Bien que l'histoire se déroule presque toujours dans la même pièce, on ne s'ennuie pas. L'ambiance est lourde comme le poids de la neige qui s'accumule et qui vient à bout de la patience des deux principaux personnages qui doivent apprendre à s'apprivoiser. Très bon! Très belle découverte que cet auteur qui a tout un talent de conteur! Bien que l'histoire se déroule presque toujours dans la même pièce, on ne s'ennuie pas. L'ambiance est lourde comme le poids de la neige qui s'accumule et qui vient à bout de la patience des deux principaux personnages qui doivent apprendre à s'apprivoiser. Très bon!

  20. 5 out of 5

    Frédérique Landry

    Le poids de la neige mérite amplement l'encensement qu'on lui fait. Je me suis surprise à tourner les pages sans pouvoir m'arrêter : l'histoire est étrange, omnubilante et très bien construite. Le fil narratif du huis clos est tissé d'une main de maître! J'ai l'intime conviction que cet oeuvre plaira autant aux lecteurs "difficiles" qu'aux moins initiés. J'ai ressenti que Christian Guay-Poliquin arrivait à constuire des personnages riches, très humains, réels, avec une économie de mots. L'enviro Le poids de la neige mérite amplement l'encensement qu'on lui fait. Je me suis surprise à tourner les pages sans pouvoir m'arrêter : l'histoire est étrange, omnubilante et très bien construite. Le fil narratif du huis clos est tissé d'une main de maître! J'ai l'intime conviction que cet oeuvre plaira autant aux lecteurs "difficiles" qu'aux moins initiés. J'ai ressenti que Christian Guay-Poliquin arrivait à constuire des personnages riches, très humains, réels, avec une économie de mots. L'environnement seulement, puis l'intrigue narrative pèlent peu à peu les personnages en nous dévoilant leur complexité et leurs paradoxes moraux. Tout cela, sans parler des bribes du mythe d'Icare laissés en exergue au début de chaque partie, qui complètent parfaitement le récit tout en se jouant de nous! Le personnage finira invariablement par faire fondre ses ailes, non? Quel sera le noeud narratif? Le suspense est installé avec brillot. Puis qu'en est-il des prénoms de tous les personnages du village commençant par la lettre "J"? De "Jospeph" et "Maria"? De l'absence de prénom du narrateur principal? Des livres dont Matthias se nourrit et qu'il raconte au narrateur (Mille et une nuit, Heart of Darkness, 100 ans de solitude...)? Ces petits récits ont-ils le même rôle que les exergues? Ils me semblaient apparaitre, dans Le poids de la neige, comme des métaphores, ou des leçons pour les protagonistes, mais leçons qui nous donnent l'amer impression de prédire la suite des choses... Aliénation, folie, amitié? Je suis flabergastée. À lire absolument.

  21. 4 out of 5

    Hélène

    Trois étoiles 1/2 en fait. Roman de neige, d'enfermement, d'entraide et de trahison. "Ah! comme la neige a neigé" en cet hiver. Une panne d'électricité majeure isole un petit village . Ses habitants, aux noms bibliques, Jose, Maria, Joseph, Jude, Jean et Matthias viennent en secours à un narrateur jamais nommé, mais qui pourrait fort bien être Jésus puisqu'il est quasi sans tache. comme il est arrivé à certains apôtres, la fraternité cède le pas à la trahison lorsque la peur et les désirs individue Trois étoiles 1/2 en fait. Roman de neige, d'enfermement, d'entraide et de trahison. "Ah! comme la neige a neigé" en cet hiver. Une panne d'électricité majeure isole un petit village . Ses habitants, aux noms bibliques, Jose, Maria, Joseph, Jude, Jean et Matthias viennent en secours à un narrateur jamais nommé, mais qui pourrait fort bien être Jésus puisqu'il est quasi sans tache. comme il est arrivé à certains apôtres, la fraternité cède le pas à la trahison lorsque la peur et les désirs individuels et l'appât du gain s'avèrent les plus forts. La construction du récit est fort efficace; chapitres courts qui commencent par une description de la neige de ce jour-là, alternance entre le huis clos Matthias/narrateur et la visite qui leur apporte provisions ou tentations. Et c'est bien écrit. Magnifiques images, tour de force de décrire la neige qui tombe et tombe d'autant de façons. J'ai bien aimé mais j'étais en manque d'une plus grande intériorité encore. Auteur à suivre.

  22. 4 out of 5

    Marie-Pier Bédard

    J'ai lu ce livre en pleine tempête. L'ambiance était propice; j'ai adoré le huis-clos des premiers chapitres et ce livre se dévore en un rien de temps, la lecture est facile. Par contre, j'aurais aimé que le récit creuse encore plus les personnages, au lieu de lentement bifurquer vers les anecdotes de leur survie. Lorsque j'ai fermée le livre, j'étais vaguement déçue. J'aurais voulue mettre 3 étoiles et demi. J'ai lu ce livre en pleine tempête. L'ambiance était propice; j'ai adoré le huis-clos des premiers chapitres et ce livre se dévore en un rien de temps, la lecture est facile. Par contre, j'aurais aimé que le récit creuse encore plus les personnages, au lieu de lentement bifurquer vers les anecdotes de leur survie. Lorsque j'ai fermée le livre, j'étais vaguement déçue. J'aurais voulue mettre 3 étoiles et demi.

  23. 4 out of 5

    TARA

    C'est en commençant par « Le Poids de la neige » que j'ai fait la connaissance de Christian Guay-Poliquin car j'attendais d'avoir « Le fil des kilomètres. » Mais peu importe pour moi car je « recollerai les morceaux » rapidement puisque je vais enchaîner tout de suite avec le premier livre. Ce jeune écrivain canadien, québécois, a connu un immense succès avec « Le Poids de la neige » puisqu'il a obtenu plusieurs prix dont le Prix France-Québec. Ce livre est un huis-clos bien sombre malgré toute la C'est en commençant par « Le Poids de la neige » que j'ai fait la connaissance de Christian Guay-Poliquin car j'attendais d'avoir « Le fil des kilomètres. » Mais peu importe pour moi car je « recollerai les morceaux » rapidement puisque je vais enchaîner tout de suite avec le premier livre. Ce jeune écrivain canadien, québécois, a connu un immense succès avec « Le Poids de la neige » puisqu'il a obtenu plusieurs prix dont le Prix France-Québec. Ce livre est un huis-clos bien sombre malgré toute la blancheur de la neige omniprésente et sa luminosité. L'histoire se passe pendant une époque post apocalyptique – on ne connaît pas les lieux à part que l'on se trouve au milieu des bois – on sait par contre qu'une grande panne d'électricité a eu lieu et isole tout l'environnement – il y a le héros, victime d'un grave accident (il en est resté paralysé des jambes), recueilli par Matthias, un homme solitaire, farouche, mais qui se dévoue pour soigner l'accidenté et qui garde en tête l'objectif de partir retrouver son épouse très malade en ville – il faut surveiller les provisions car les denrées s'amenuisent – la rééducation de l'accidenté se fait tout doucement et grâce à Matthias qui ne ménage sa peine … il a mauvais caractère ? Non, pas du tout : c'est sa nature d'homme solitaire. Alors, se retrouver avec une charge pareille dans un milieu hostile, c'est de la bravoure, de l'humanité : « Matthias veillait à mon chevet. Il refaisait mes pansements et changeait mes draps imbibés de sueur. (…) Il me parlait aussi. Je ne sais plus ce qu'il disait, mais il me racontait des tas de choses, des histoires, des aventures… «. Quand on voit le titre du livre, on pense évidemment à la chanson « Tombe la neige » mais qui viendra à part surtout un homme dévoué qui leur apporte des livraisons du nécessaire pur survivre ? C'est qu'il faut se serrer les coudes en attendant (ou en espérant) que la lumière revienne. Et pendant ce temps, la neige ne cesse de tomber. C'est beau ces flocons blancs, ça ressemble à des plumes ou à du coton, mais à force de s'accumuler, ça finit par faire un poids tellement important que le toit de la cabane risque de s'effondrer …. « La neige règne sans partage. Elle domine le paysage, elle écrase les montagnes. Les arbres s'inclinent, ploient vers le sol, courbent l'échine. » Tout autour, les grands paysages sauvages sont muets, ensevelis et ne permettent pas de bien s'éloigner. Reste à attendre et toujours attendre en se débrouillant avec ce que l'on a. Bien entendu il arrive des imprévus (bons ou mauvais) – la tension est palpable sous la plume de l'écrivain – on se sent oppressé et on ressent bien tout « Le poids de la neige ». Une belle lecture – une belle découverte – reste à enchaîner avec « Le fil des kilomètres », ce que je ne vais pas tarder à faire afin de voir ce qui est arrivé auparavant.

  24. 4 out of 5

    Susanna Neri

    Un romanzo dove non accade nulla, claustrofobico, angoscioso e angosciante, fatto di poche informazioni, e di avvenimenti soltanto evocati, tutto è lasciato alla nostra fantasia eppure l ho trovato bellissimo, un postapocalittico (?) che mi ha ricordato il condominio di Ballard, c'è speranza per l uomo? Oppure con le giuste sollecitazioni si torna ad uno stadio di pura ricerca della sopravvivenza, dove solidarietà ed amicizia non hanno più cittadinanza? La risposta è forse sepolta nella neve. Un romanzo dove non accade nulla, claustrofobico, angoscioso e angosciante, fatto di poche informazioni, e di avvenimenti soltanto evocati, tutto è lasciato alla nostra fantasia eppure l ho trovato bellissimo, un postapocalittico (?) che mi ha ricordato il condominio di Ballard, c'è speranza per l uomo? Oppure con le giuste sollecitazioni si torna ad uno stadio di pura ricerca della sopravvivenza, dove solidarietà ed amicizia non hanno più cittadinanza? La risposta è forse sepolta nella neve.

  25. 4 out of 5

    JaumeMuntane

    Una novela muy muy notable sobre el confinamiento (ideal en estos días tan singulares de confinamiento que estamos viviendo) en el que el autor, mediante capítulos breves, dibuja muy bien a dos protagonistas obligados a vivir juntos, con una gran atmósfera y una tensión y suspense que hacen adictiva su lectura.

  26. 5 out of 5

    Yvonne (go.for.a.walk.chuma)

    3.5 ☆

  27. 4 out of 5

    Annie L

    Bien écrit. Histoire lente, mais on s'ajuste au rythme et on plonge dans l'univers de ces deux hommes. Je suis toutefois restée avec quelques questions sans réponse. Bien écrit. Histoire lente, mais on s'ajuste au rythme et on plonge dans l'univers de ces deux hommes. Je suis toutefois restée avec quelques questions sans réponse.

  28. 5 out of 5

    Boommtl

    J'ai lu ce roman en une journée, je ne pouvais simplement pas le déposer. Cet auteur est vraiment à découvrir, un maitre dans le style huit clos post apocalyptique! J'ai lu ce roman en une journée, je ne pouvais simplement pas le déposer. Cet auteur est vraiment à découvrir, un maitre dans le style huit clos post apocalyptique!

  29. 5 out of 5

    Renée

    Une ambiance feutrée de neige. Il me manque des mots pour capter tout ce que j'ai ressentie . J'ai adoré, il y a de la peur, de la joie, de la colère, de l'entraide, de la confusion, de l'amitié! Un roman à lire. Merci pour cette belle aventure. Une ambiance feutrée de neige. Il me manque des mots pour capter tout ce que j'ai ressentie . J'ai adoré, il y a de la peur, de la joie, de la colère, de l'entraide, de la confusion, de l'amitié! Un roman à lire. Merci pour cette belle aventure.

  30. 4 out of 5

    Dominique Bouchard

    J'ai envie d'aller m'acheter des chandelles, du cannage et d'apprendre à ma fille à allumer un feu!!!Ce roman nous mets dans la face notre vulnérabilité et difficulté d'adaptation face à la perte de notre confort quotidien et de nos acquis. Et il parle d'amour, de respect et persévérance; la base. J'ai adoré ce roman. J'ai envie d'aller m'acheter des chandelles, du cannage et d'apprendre à ma fille à allumer un feu!!!Ce roman nous mets dans la face notre vulnérabilité et difficulté d'adaptation face à la perte de notre confort quotidien et de nos acquis. Et il parle d'amour, de respect et persévérance; la base. J'ai adoré ce roman.

Add a review

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Loading...
We use cookies to give you the best online experience. By using our website you agree to our use of cookies in accordance with our cookie policy.