hits counter Mélancolique anonyme (NON FICTION) - Ebook PDF Online
Hot Best Seller

Mélancolique anonyme (NON FICTION)

Availability: Ready to download

« La réussite prend parfois des chemins inattendus. Du jour où pour la première fois j’ai vu couler les larmes de mon père à celui où j’ai failli mourir étouffé lors d’un concert en Afrique, ma vie de mélancolique anonyme m’a souvent réservé d’extraordinaires surprises. Alors j’ai eu envie de vous la raconter. » Saïd M’Roumbaba, a.k.a. Soprano, est né de parents émigrés com « La réussite prend parfois des chemins inattendus. Du jour où pour la première fois j’ai vu couler les larmes de mon père à celui où j’ai failli mourir étouffé lors d’un concert en Afrique, ma vie de mélancolique anonyme m’a souvent réservé d’extraordinaires surprises. Alors j’ai eu envie de vous la raconter. » Saïd M’Roumbaba, a.k.a. Soprano, est né de parents émigrés comoriens dans une HLM des quartiers nord de Marseille, en 1979. Dans la cité phocéenne, il partage son temps entre l’école, les parties de foot sur les terrains vagues et les sessions de rap dans la chambre de ses potes. Il enregistre ses premiers freestyles sur les K7 que sa famille s’échange en guise de lettres, faute de pouvoir écrire. Remarqué par Akhenaton, Soprano connaît ses premiers succès avec ses complices des Psy 4 de la rime, et dans la foulée, il crée avec plusieurs de ses amis le label Street Skillz. Il nous raconte cette route vers la professionnalisation, se remémorant des souvenirs cocasses, comme les premiers albums aux stickers mal collés qui détruisent les lecteurs CD des copains, ou les piles de disques qui s’entassent dans leurs salons et qu’il faut distribuer tant bien que mal. Mais il revient aussi sur ce qu'il appelle sa « mélancolie », qu'il ressent depuis l'adolescence (timidité maladive, manque de confiance en soi et en son talent, désillusions amoureuses...). En 2007 cependant, c'est le premier album solo, Puisqu’il faut vivre, et la deuxième partie de sa brillante carrière. Consacré par trois trophées à l'année du hip hop, il est l’unique rappeur français à participer aux prestigieuses BET Cypher américaines. À travers ces pages, Soprano revient sur son parcours, son histoire, mais aussi sur ses racines africaines : le mariage grandiose de sa soeur aux Comores, son engagement en Afrique auprès des populations les plus démunies, ses concerts de près de 100 000 personnes, et ses rencontres avec les Magic System qui vont forger sa conception du rôle de l’artiste dans la société. Mélancolique anonyme, c’est donc le récit d’une aventure humaine, la victoire d’un homme sur la dépression. C’est aussi les chroniques de Marseille, où, loin des règlements de compte et des trafics en tous genres, se côtoient Français, Irakiens, Turcs, Marocains, Tunisiens, Italiens, Sénégalais, Arméniens, Comoriens... dans une joie de vivre et une belle solidarité. C’est un panorama du rap et du hip hop des vingt-cinq dernières années. C’est surtout l’histoire d’une joyeuse réussite, entre amis, un éloge du rêve et de la persévérance pour tous les jeunes de quartiers défavorisés, que rien ne condamne à gâcher leur vie.


Compare

« La réussite prend parfois des chemins inattendus. Du jour où pour la première fois j’ai vu couler les larmes de mon père à celui où j’ai failli mourir étouffé lors d’un concert en Afrique, ma vie de mélancolique anonyme m’a souvent réservé d’extraordinaires surprises. Alors j’ai eu envie de vous la raconter. » Saïd M’Roumbaba, a.k.a. Soprano, est né de parents émigrés com « La réussite prend parfois des chemins inattendus. Du jour où pour la première fois j’ai vu couler les larmes de mon père à celui où j’ai failli mourir étouffé lors d’un concert en Afrique, ma vie de mélancolique anonyme m’a souvent réservé d’extraordinaires surprises. Alors j’ai eu envie de vous la raconter. » Saïd M’Roumbaba, a.k.a. Soprano, est né de parents émigrés comoriens dans une HLM des quartiers nord de Marseille, en 1979. Dans la cité phocéenne, il partage son temps entre l’école, les parties de foot sur les terrains vagues et les sessions de rap dans la chambre de ses potes. Il enregistre ses premiers freestyles sur les K7 que sa famille s’échange en guise de lettres, faute de pouvoir écrire. Remarqué par Akhenaton, Soprano connaît ses premiers succès avec ses complices des Psy 4 de la rime, et dans la foulée, il crée avec plusieurs de ses amis le label Street Skillz. Il nous raconte cette route vers la professionnalisation, se remémorant des souvenirs cocasses, comme les premiers albums aux stickers mal collés qui détruisent les lecteurs CD des copains, ou les piles de disques qui s’entassent dans leurs salons et qu’il faut distribuer tant bien que mal. Mais il revient aussi sur ce qu'il appelle sa « mélancolie », qu'il ressent depuis l'adolescence (timidité maladive, manque de confiance en soi et en son talent, désillusions amoureuses...). En 2007 cependant, c'est le premier album solo, Puisqu’il faut vivre, et la deuxième partie de sa brillante carrière. Consacré par trois trophées à l'année du hip hop, il est l’unique rappeur français à participer aux prestigieuses BET Cypher américaines. À travers ces pages, Soprano revient sur son parcours, son histoire, mais aussi sur ses racines africaines : le mariage grandiose de sa soeur aux Comores, son engagement en Afrique auprès des populations les plus démunies, ses concerts de près de 100 000 personnes, et ses rencontres avec les Magic System qui vont forger sa conception du rôle de l’artiste dans la société. Mélancolique anonyme, c’est donc le récit d’une aventure humaine, la victoire d’un homme sur la dépression. C’est aussi les chroniques de Marseille, où, loin des règlements de compte et des trafics en tous genres, se côtoient Français, Irakiens, Turcs, Marocains, Tunisiens, Italiens, Sénégalais, Arméniens, Comoriens... dans une joie de vivre et une belle solidarité. C’est un panorama du rap et du hip hop des vingt-cinq dernières années. C’est surtout l’histoire d’une joyeuse réussite, entre amis, un éloge du rêve et de la persévérance pour tous les jeunes de quartiers défavorisés, que rien ne condamne à gâcher leur vie.

8 review for Mélancolique anonyme (NON FICTION)

  1. 4 out of 5

    Saadennio

  2. 5 out of 5

    Emilie Robin

  3. 5 out of 5

    Lionel

  4. 4 out of 5

    Diogo Rafael

  5. 4 out of 5

    Lise

  6. 4 out of 5

    Alex

  7. 5 out of 5

    chimera

  8. 4 out of 5

    Cléme

Add a review

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Loading...
We use cookies to give you the best online experience. By using our website you agree to our use of cookies in accordance with our cookie policy.